« Liste d'articles »

 

« Un article choisi au fil du temps : 7 - L'approche du corps-être »

 

 

Le toucher thérapeutique, une approche du corps-être

Article du , par Philippe Rey (paru dans le site Alternative Santé, mais malheureusement effacé)

 

Le corps n’est pas un objet mais un être vivant. Ce sujet vaste et riche met en lumière notre système relationnel, notre rapport et notre présence au monde, notre façon de nous présenter, de mettre en avant le corps être plutôt que le corps avoir.

 

Le Toucher conscient, une démarche d’humilité

le corps-être
©Dany 2014, le toucher conscient, une démarche d'humilité

Le Toucher thérapeutique conscient propose de se rendre disponible à la vie, au monde de l’autre mais aussi d’être à l’écoute de son ressenti en toute neutralité en évitant les pièges de nos mécanismes égotiques.

Ainsi, il est possible et souhaitable de transformer nos fonctionnements réducteurs en forces créatrices. Nous ne pouvons grandir que dans l’acceptation de ce que nous sommes.

De même, nos gestes ne peuvent respirer que dans le respect de ce qu’ils sont. Pour acquérir un Toucher juste, il faut bien se connaître et c’est un apprentissage de chaque instant.

Le massage, dans le donner et le recevoir, est vécu dans l’idée d’un dépassement de notre personnalité, en ouvrant la possibilité d’une pleine conscience. C’est un message envoyé au corps global, dans la recherche d’une véritable harmonie corps-esprit.

Le massage-message est au toucher thérapeutique ce que le signe-signal est à la Sophrologie analytique. Ils sont tous deux indicateurs d’une réalité inconsciente qui vient affleurer les berges du conscient.

 

Un premier rendez-vous, voyage à deux

En amont du premier rendez-vous thérapeutique, il y a la rencontre de deux êtres humains, un premier regard, une première parole et un premier geste qui pourront se traduire tout naturellement par une poignée de mains.

Ce qui, de toute évidence, reste cantonné dans le champ du social pour l’observateur non éclairé, demeure pour le thérapeute une première et très importante indication de l’état d’être de son futur patient.

Dans l’alliance thérapeutique, il est proposé de partir du toucher matériel et d’aller vers l’aventure, dans un voyage où le thérapeute sait où il va sans connaître vraiment ce qu’il va découvrir, dans une attente non programmée, un émerveillement.

Accueillir l’autre, c’est être dans la pleine acceptation de son univers afin d’entendre le langage de son corps. Le déroulement de son histoire est unique et lui appartient en propre. Ne la ramenons pas à la nôtre en y ajoutant les pensées qui nous occupent.

 

Une histoire unique

Le corps a une mémoire infaillible, il se souvient de ce qu’il a vécu.

Toute votre histoire se révèle, depuis votre naissance, dans les douleurs des muscles de votre dos, de vos membres, de votre visage, etc...

Les émotions non exprimées s’impriment au niveau du physique.

Si un événement nous a affecté et que nous n’ayons pu ni l’intégrer, ni le digérer, il n’est pas rare qu’il arrête la progression psychologique mais aussi physique.

Au cours d’un massage, l’apparition de cette expérience passée et la souffrance qui l’accompagne s’appellent un revécu émotionnel et peut s’avérer très démonstratif.

Grâce au massage, l’inconscient et le mental vont peu à peu relâcher leurs résistances et laisser passer cette mémoire encore très vive, pour enfin la libérer.

L’écoute de notre corps et la vision courageuse de nos comportements seront les deux éléments de la réconciliation. Car le corps peut nous aider à une réconciliation en profondeur.

Par son intelligence, son authenticité, le corps est à l’image d’une chaîne de volcans, tranquille en apparence, mais active en profondeur.

 

La main, reflet de notre âme

mains
©Dany 2014, la main, le reflet de notre âme

Nos mains traduisent notre polarité dominante : masculine ou féminine. Globalement, le pôle masculin est un pôle d’action, de décision, d’extériorisation. À l’inverse, le pôle féminin est un pôle d’accueil, d’écoute, d’intériorisation et d’introspection.

Le plan émotionnel est parfois, lui aussi, soumis à rude épreuve par nos humeurs changeantes. L’accueil de soi nous permet de comprendre l’origine de nos différents maux et de nous en délivrer.

Nous vivons dans la nostalgie de l’Unité, unité que nous avons vécue dans le ventre de notre mère pendant de nombreux mois : fusion agréable, idéale, avant le choc de la séparation inévitable.

Bien entendu, pour entrer dans le toucher thérapeutique, il est nécessaire de rassembler un certain nombre de techniques appropriées, d’avoir engrangé une connaissance multiforme et une expérience adéquate et rigoureuse.

J’ajouterai également qu’il est indispensable, pour le thérapeute, d’avoir mené et de continuer un travail thérapeutique personnel, parce qu’il y est amené à comprendre ses propres mécanismes et souffrances. Il saura mieux accéder à l’essentiel de la demande du patient, au toucher juste.

 

Le massage favorise l’unification

Le massage favorise l’unification, il permet de prendre conscience de la globalité corporelle. Il va amener la personne à travailler sur sa propre image afin de se reconnaître dans sa vraie dimension et d’effacer petit à petit tout sentiment de culpabilité à l’égard de son corps.

La fluidité du mouvement est importante dans la pratique du massage, elle va permettre au corps de s’éveiller et de mieux intégrer les sensations.

Lorsque nous posons les mains sur le corps d’une personne, c’est comme si nous lui proposions une invitation au voyage.

Cette invitation est celle d’une découverte intérieure.

Un silence s’installe alors entre la personne massée et la personne qui masse, silence empreint de respect, de sagesse et de profondeur.

Ne dépendre que de soi, c’est être en relation directe avec son propre ressenti. Et si s’ouvrir à l’autre, dans l’accueil de sa réalité intime, sans jugement, dans une écoute désintéressée, est un acte spirituel, alors le massage est de cet ordre.

 

La respiration, notre mémoire active

la respiration
©Dany 2014, la respiration, notre mémoire active

Comme notre corps est à l’image de notre monde, notre respiration est à l’image de notre vie. Elle est notre mémoire active.

Inspirer, symboliquement, c’est se nourrir, s’ouvrir à l’extérieur, se laisser traverser par l’univers. Expirer, symboliquement, c’est se vider, s’abandonner, s’en remettre à, c’est accepter de lâcher...

La respiration ventrale est celle de l’enracinement ; celle dite costale est celle des émotions.

Il est capital de faire confiance à nos ressentis dans la pratique du massage.

Lorsque nous posons nos mains sur un corps, nous entrons dans une saison dominante, un climat personnel des émotions et des sentiments.

L’acte de masser permet d’entendre le monde de l’autre. Pour cela, il faut s’ouvrir, c’est-à-dire ne plus vouloir.

Ici, la présence n’est pas faite de connaissances et d’un savoir mais d’abandon.

 

L’expérience de l’intuition nous mène au silence

Le Toucher est un art de conscience et d’expression d’amour dans le refus des compromis.

Si le rôle d’un massage est de redonner la parole au corps dans un chemin de réconciliation et de confiance, en fait, au travers et avec l’aide du corps, c’est du cœur dont il est pris soin.

Par la manifestation de l’énergie en mouvement, le thérapeute est un canal qui transmet une présence ouverte. Il n’est pas dans le pouvoir mais dans l’abandon.

Fluidité des gestes et du mouvement, écoute silencieuse, profondeur et non vouloir, respect de l’autre dans sa différence font la beauté du geste thérapeutique.

L’expérience conjuguée de la technique (ou connaissance) et de l’intuition (ou laisser vivre), mènera à la paix intérieure, au silence.

 

 

 

Que contient ce site sur le massage à Nantes ?